Les effets de la méditation
La méditation produit des effets sur le vieillissement du cerveau

D’après une étude de l’équipe de l’université de Los Angeles menée par Eileen Luders, il apparait que le cerveau reste plus jeune grâce à la méditation. En effet, la méditation amoindrit la perte inéluctable du volume cérébral, en stimulant la genèse des branches des neurones (dendrites) et des connexions (synapses). Ces micro-changements anatomiques aboutissant à un gain global de matière grise qui compenserait la perte due à l’âge.

En 2010, cette même chercheuse montrait aussi un grossissement de l’hippocampe et un rétrécissement de l’amygdale (sensible à la peur). Le cerveau méditant paraît mieux connecté.
mais aussi sur l’humeur,

En 2005, le Dr Sarah Lazar, du MGH (USA), détectait chez des « méditants » réguliers un épaississement du tissu cérébral du cortex préfrontal gauche. C’est ce cortex qui est impliqué dans les processus cognitifs émotionnels et le sentiment de bien-être.

La méditation améliore l’attention mais pas seulement. Catherine Kerr, chercheuse à l’université Brown, USA, démontrait en 2013 que l’exercice mental permet d’apprendre à moduler ses sensations, tel le bouton du volume d’une chaîne stéréo. Catherine Kerr note que cette capacité à réguler ses sensations est indispensable au bien-être. Elle peut aider les personnes dépressives à gérer les pensées négatives ou les malades leurs douleurs chroniques.
sur la santé,

Une autre étude a été menée par Antoine Lutz sur des cadres stressés d’une grande entreprise de biotechnologie. Elle a montré qu’au bout des huit semaines du MBSR, on observait un rééquilibrage important de l’activité électrique du cerveau. Les régions cérébrales associées à la bonne humeur et à l’optimisme étaient nettement plus actives que celles du groupe témoin. De plus, leur système immunitaire réagissait aussi plus fortement, que celui du groupe témoin, au vaccin de la grippe.

et, au final, sur la durée de vie

Le projet Shamatha réunit 30 chercheurs du monde entier, dont Elizabeth Blackburn, prix Nobel de médecine. Ce programme analyse les effets de la méditation sur les télomères. Les télomères sont les horloges de notre durée de vie, ces capsules qui coiffent nos chromosomes. Chaque fois qu’une cellule se divise, ses télomères se raccourcissent. Au final, la duplication n’est plus possible, sauf si une enzyme, la télomérase, les reconstitue, freinant voire interrompant le processus de vieillissement. Or, Les chercheurs ont observé que la méditation régulière semblait augmenter le taux de télomérase dans le sang. En conclusion, elle pourrait alors prolonger la durée de vie des adeptes au long court.

méditation : où cela agit